L’assurance-santé, ou complémentaire-santé, est intéressante dans le cadre d’une prise en charge optimale, en effet, c’est grâce à elle que vous pourrez compléter les frais de votre hospitalisation, ou encore des soins spéciaux, qui n’auront pas, ou pas totalement, remboursés par la sécurité sociale. Mais quelle est la définition de l’assurance-maladie, et la définition de l’assurance-santé ?

Quelle est la définition de l’assurance-santé en général et de l’assurance-maladie ?

L’assurance-santé est un dispositif qui est chargé d’assurer un individu en cas de risques financiers, que ce soit en matière de soins, ou pour une maladie. Elle permet aussi d’obtenir un revenu minimal lorsque la personne malade ou affectée est privée de travail momentanément.

Généralement, et dans la plupart des pays, la plus grande part de l’assurance-santé est prise en charge par l’État. C’est ce qui est régi par la sécurité sociale. C’est en fait un devoir de l’État selon la Déclaration universelle de 1948 concernant les droits de l’Homme.

Il faut savoir qu’à la base, le système d’assurance-santé ou de maladie est géré soit par un organisme dépendant de l’État, soit par un organisme délégué privé, ou alors mixte.

Ici, il y a un seul fonctionnement initial, et cela convient à toutes les assurances, c’est ce qu’on appelle la mutualisation de risque. C’est-à-dire qu’une personne va cotiser, et ensuite elle pourra être remboursée selon un barème bien fixé.

Lire également  Que faire pour obtenir une résiliation d'assurance complémentaire santé ?

En ce qui concerne le fonctionnement du système d’assurance de l’État, la prime d’assurance qui est payée par la personne assurée, ne va pas suivre forcément les autres règles de l’assurance dite pure. En fait, elle ne sera pas basée sur le risque uniquement. Le système d’assurance étatique va, à la fois remplir la fonction de l’assurance pure, mais aussi la fonction de l’assurance de répartition, ce qui veut dire en clair, qu’ici, les plus aisés vont payer l’assurance des personnes les plus défavorisées.

Quelle est la définition de l’assurance-santé, chez un assureur privé ?

On peut souscrire à une assurance-santé dans le cadre d’une assurance privée qui sera, elle-même, régie par le code de l’assurance. Ici, le montant des cotisations va dépendre de la consommation médicale de l’assuré, c’est pour cela qu’il est exigé de l’assuré de remplir un questionnaire sur sa santé.

L’assureur sera directement lié à l’assuré. Il y aura un listing de tout ce qui sera pris en charge par l’assuré, mais aussi ce qui ne le sera pas. Lors de la signature du contrat, il faut savoir qu’il y aura des clauses afin de savoir que seront les prestations assurées. Chaque contrat doit être lu avec prudence, car certains ne seront pas du tout adaptés à vos besoins. Dans le contrat, il y aura également toutes les obligations que l’assuré sera tenu de respecter, comme c’est le cas pour :

  • Les cotisations annuelles ;
  • Ou des cotisations mensuelles.

Et aussi les prestations prises en charge détaillées (hospitalisation, remboursement des soins dentaires, etc.).

Lire également  Quelle est la fiscalité de l'Assurance-vie ?

Quelles sont les différentes clauses d’un contrat d’assurance-santé ?

Par définition et dans le contrat, vous remarquerez qu’il y a quelques clauses, comme :

  • Les exclusions ;
  • Les plafonds financiers ;
  • Les garanties ;
  • Le prix ou tarif de l’assurance-santé, etc.

Parfois, il est difficile de comprendre un contrat ou certaines clauses, c’est pour cela que vous pourriez faire appel à un courtier ou bien à un conseiller en assurances.

Que doit-on savoir sur l’assurance-santé ?

Il faut savoir que par définition, l’assurance-santé n’est pas obligatoire. Cependant, et si vous êtes salarié, alors votre employeur sera dans l’obligation de vous proposer l’assurance complémentaire santé collective, l’avantage est que cette souscription pourra être étendue non seulement à vos enfants, mais aussi à votre conjoint.

L’assurance-santé de base pourra vous rembourser :

  • Les consultations, mais aussi les soins médicaux ;
  • Les médicaments qui sont sur une ordonnance médicale ;
  • Des soins, en ce qui concerne l’optique et l’ophtalmologie ;
  • Des soins dentaires ainsi que des prothèses ;
  • Les frais d’hospitalisation.

Vous pourrez aussi bénéficier d’autres garanties comme, par exemple, les appareils auditifs, mais aussi la médecine douce. Il en est de même pour les dépassements d’honoraires.

La garantie est ici exprimée en taux de remboursement, si vous avez un taux de 200 %, alors vous allez percevoir une somme égale à 2 fois le tarif de la convention, et cela, dans la limite des frais que vous aurez engagé. Vous pourrez avoir un forfait de prise en charge de 250 euros par an.